Livre libre


le site de tous les livres

<
Livre libre
Bookmark and Share


auteur : Anna Coreisan
titre : Murmures engloutis
éditeur : Editeur à préciser
genre : Science Fiction
format : 23x15
nbpages : 298
résumé : En tant qu’auteure de ces quatorze nouvelles, franchement, je ne vous en conseille pas la lecture. La plupart des histoires qu’elles racontent sont complètement déjantées, délirantes, voire pire : choquantes. A la limite, celles qui parlent d’amour, de mondes virtuels, ça pourrait encore aller. Mais quand j’en viens à évoquer le viol, la pédophilie et autres réjouissances, là ça tourne carrément au sordide. Bien entendu, comme tous ces auteurs qui crachent sur leurs semblables, en douceur et profondeur, je vais faire semblant de m’excuser, en disant que ce n’est que de la satire, de la caricature, du second degré et parfois de l’humour. En fait, je suis certaine que chacun réagira à sa façon, en fonction de ce qu’il est. Tout ira bien si vous êtes pour le mariage des fillettes avant l’âge de neuf ans, si vous êtes prêts à avoir des relations sexuelles avec un enfant robot, si vous rêvez d’une petite étable pleine de femelles (humaines) en chaleur, ou encore si vous pensez que la promesse des soixante-dix vierges au paradis est une arnaque, mais pour les autres… Pour paraphraser un célèbre lama tibétain : si vous n’avez pas commencé à le lire, ne le lisez pas ; mais si vous avez commencé, allez jusqu’au bout ! En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas averti.

adresse de vente du livre ( indiquée par l'auteur et sous sa responsabilité ) :

http://www.amazon.fr/dp/149969492X



Vous souhaitez modifier l'adresse de vente de l'ouvrage
cliquez ici


Exprimez-vous sur le Forum
COMMENTAIRES


2014-06-15

« Murmures engloutis », d’Anna Coreisan (publié chez Nègrefont)

Dès la quatrième de couverture le ton est donné : l’auteure « ne conseille pas la lecture » de son ouvrage ! Autant dire, tout de suite, que c’est pour elle une façon ironique et provocante d’en recommander la lecture, justement. Et quelle lecture ! On sent, au départ, un texte qui se cherche, qui se mature et qui finit par grandir, trouver son style. Les inégalités entre les nouvelles montrent bien qu’il s’agit là d’un premier livre. L’auteure est en maturation. Avant même que de se plonger dans la première nouvelle, on est prévenu qu’Anna Coreisan fait dans la fiction (mais en note pas de page, elle ajoute que c’est une blague !) et qu’elle va utiliser la satire et la caricature. On est averti ! La bougresse va dénoncer des gens (on veut des noms !).

La rupture amoureuse, le demi viol, le rêve érotique, l’amour tantrique, les quatre premières nouvelles ratissent déjà dans les rapports humains, dans l’ordre de l’intimité. Le texte est bien envoyé, avec quelques pointes d’humour. C’est rafraîchissant. Et puis, pour la suite, on a l’impression d’entrer dans un nouveau monde. On sent qu’il y a une trame par en dessous, qu’un grand roman est en maturation, en train de se construire, Anna ne nous en donne que les premières pierres, les fondations. C’est une histoire de mondes virtuels, d’une invasion extraterrestre inédite, car sur l’internet. Et puis, ces extraterrestres que l’on ne voit jamais pour de vrai, on finit par comprendre qu’ils sont venus sucer nos pensées, nos rêves, nos émotions, une forme d’exploitation et d’esclavagisme très originaux. On découvre au passage toute une technologie, toute une histoire d’invasion qui s’amorce et quelques personnages emblématiques. Ce sont donc cinq nouvelles de plus, qui s’enchaînent dans une logique virtuelle. Cinq nouvelles, dont la cinquième est le texte à lire, le plus long aussi (sur les cinq). Ici les personnages sont bien plus consistants, attachants et l’on pénètre complètement dans leur expérience de la virtualité. Et quelle expérience ! Coreisan nous présente ici une véritable chirurgie de l’initiation aux mondes virtuels, cela fera certainement date !

Enfin, les six dernières nouvelles nous font découvrir la poétique d’Anna et celle des mathématiques… littéraires et quatre nouvelles qu’il faut lire en ayant bien révisé l’avertissement posé en début de l’ouvrage : satire et caricature. Et il y en a ! On est transporté dans des mondes où l’Islam roi discute du mariage des fillettes de moins de neuf ans, consommation sexuelle comprise ! Dans un monde à la « Real Human » où la pédophilie s’avance en rampant, dans un texte d’une incontestable qualité scénaristique et émotionnelle, en mettant en scène une jeune femme et son enfant robot. Puis, une foire expo dédiée aux technologies pour les « femelles », où l’on rit et frémit en même temps (quelle audace !) et enfin, le bouquin de Coreisan se termine par (Oups ! Oups ! Oups !), une petite histoire eschatologique franchement fort bien amenée et à la chute (c’est bien le cas de le dire) étonnante. Anna Coreisan, on le sent, convoque dans ce premier livre, à la fois de grandes idées, de la poésie, de l’exploration personnelle, de la réflexion et règle quelques comptes au passage. Je ne dirais que deux choses, pour finir : ça m’a bien plu et j’en veux encore. Allez, Anna, au boulot !

Reader


*************************************



Proposer un commentaire

Bienvenue dans Adobe GoLive 6

Merci d'attribuer une note à ce livre

0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10

Indiquez votre email :

Bienvenue dans Adobe GoLive 6

Livre libre
©Livre libre